L’écrivain Pierre Loti et Lavau

samedi 24 avril 2010
par Cedric
0 vote

Christophe Durand, lecteur de ce site et passionné d’histoire et de généalogie, m’a parlé de l’écrivain Pierre Loti et de ses racines méconnues à Lavau sur Loire. Neophyte dans ce sujet, je lui ai demandé s’il acceptait de nous soumettre sa prose...ce qu’il à fait très gentiment. La voici :

JPEG - 12.8 ko Sur les traces des ancêtres de Pierre Loti à Lavau-sur-Loire

En me rendant à Lavau-sur-Loire pour la première fois lors d’un vide-grenier dominical, je fus rapidement charmé par ses ruelles et son imposante Maison du Port qui domine les marais et le fleuve. Auparavant, je ne connaissais de la commune que les registres des archives départementales, dont j’avais parcouru les pages à la recherche d’un ancêtre douanier, lorsque le port était encore actif vers 1820. Parallèlement, mes séjours en France et à l’étranger m’avait conduit à lire des ouvrages de Julien Viaud, alias Pierre Loti, dont les écrits guidaient mes voyages. En 2003, je relève dans une revue de généalogique que l’arrière-grand-père de Loti est né à Lavau mais sans plus de précisions. Non content de pouvoir lier mes passions pour la généalogie et pour le célèbre écrivain, je débutais mes recherches sur son ascendance en Loire-Atlantique. Pour résumer, Jean Viaud, arrière grand père de Pierre Loti, naquit au village de la Durandais et fut baptisé en la paroisse Saint-Martin de Lavau le 17 novembre 1740. Orphelin de père 3 mois avant sa naissance, il était le douzième et dernier enfant du couple Jean Viaud et Perrine Ménard. Sur les 6 enfants qui vécurent jusqu’à l’âge adulte, les 4 filles vont épouser des laboureurs alors que les 2 garçons vont connaître des destins plus originaux. Armand Viaud, le plus âgé, abandonne Lavau et son métier de laboureur pour devenir aubergiste à Savenay puis « Sergent des Vicomtés de Donges et autres » jusqu’à sa mort. Sa fonction consistait à faire respecter les droits féodaux de Félicité de Lopriac, dernière Vicomtesse de Donges. Pour Jean, la migration est plus lointaine, il quitte les quais de l’estuaire de la Loire pour ceux de La Charente. Il est d’abord connu comme charpentier de marine puis comme aubergiste à Rochefort-sur-Mer (17), cité récente dont l’activité est étroitement liée à la construction navale. Peut-être avait ‘il débuté son apprentissage dans un des nombreux petits chantiers navals qui florissaient naguère en bord de Loire. Jean eut un fils, Jean-Louis, militaire mortellement blessé après la bataille de Trafalgar. Son petit- fils, Jean Viaud, périt à l’âge de 14 ans en servant comme mousse sur la (tristement célèbre) frégate « La Méduse ». Son deuxième petit-fils, Théodore, est le père de Julien Viaud. Ainsi se termine ce survol d’une branche méconnue des ancêtres de l’académicien. Si Pierre Loti a souvent évoqué son ascendance maternelle, protestante et charentaise, il ignorait probablement tout de ses ancêtres paysans, catholiques et ligériens. Ses lointaines racines lavausiennes sont peut-être, inconsciemment, à l’origine de son intérêt pour la Bretagne et son folklore... Cet (arrière-petit) enfant du pays serait heureux d’apprendre que la terre de ses aïeux accueille chaque année une fête bretonne. Il est même possible qu’un jour, Lavau-sur-Loire baptise une de ses artères en souvenir des aïeuls de l’écrivain Voyageur.

Christophe Durand (44)-Avril 2010

Pour en savoir plus sur la vie et l’œuvre de Pierre Loti, de nombreux ouvrages très bien documentés existent. Citons « Histoire de la Littérature Maritime » de René Moniot Beaumont aux Editions de La Découvrance (2008). Le site internet de l’Association Internationale des Amis de Pierre Loti est aussi une référence www.pierreloti.org En ce qui concerne la Bretagne, deux livres signés Pierre Loti sont incontournables « Mon Frère Yves » et « Pêcheurs d’Islande » ainsi que « Pierre Loti et la Bretagne » de Fanch Postic, Editions Skol Vreizh (2009) Pour la Loire-Atlantique, il ne faut pas manquer de lire « L’œuvre de Pen-Bron », texte de Pierre Loti extrait de « Le Livre de la Pitié et de la Mort » et consultable sur www.les-enfants-de-Pen-Bron.over-blog.com Dans « Le Guide Littéraire de Loire-Atlantique » publié en 2010 aux Editions Siloë, Jean-Yves Paumier évoque brièvement les séjours de Loti à Saint-Nazaire, au Croisic et à La Turballe. Enfin, pour tout savoir sur la généalogie du romancier, consultez « Généalogie Magazine n°229 » (2003) et « Les Origines de Julien Viaud dit Pierre Loti à Lavau-sur-Loire » paru dans la revue n° 136 du Centre Généalogique de Loire-Atlantique (2008) avec les dates, noms et lieux précis concernant les descendants de Jean Viaud et Perrine Ménard.


Pierre Loti, né Louis Marie Julien Viaud, le 14 janvier 1850 à Rochefort et mort le 10 juin 1923 à Hendaye, est un écrivain français qui a mené une carrière d’officier de marine. Après des funérailles nationales il fut enterré à l’île d’Oléron.

Pierre Loti dont une grande partie de l’œuvre est autobiographique s’est inspiré de ses voyages de marin pour écrire ses romans, par exemple à Tahiti pour Le Mariage de Loti (Rarahu) (1882), au Sénégal pour Le Roman d’un spahi (1881) ou au Japon pour Madame Chrysanthème (1887). Il a gardé toute sa vie une attirance très forte pour la Turquie où le fascinait la place faite à la sensualité, en particulier à la sensualité féminine : il l’illustre notamment dans Aziyadé (1879), et sa suite Fantôme d’Orient (1892).

Pierre Loti a également exploité l’exotisme régional dans certaines de ces œuvres les plus connues comme celui de la Bretagne dans Mon frère Yves (1883) ou Pêcheur d’Islande (1886) et du Pays basque dans Ramuntcho (1897).


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • L’écrivain Pierre Loti et Lavau

Agenda

<<

2014

>>

<<

Juillet

>>

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Aujourd'hui

Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Festival Ubunstock le 29 Juin 2013