Le syndrome de la langoustine...

lundi 25 mai 2009
par Cedric
1 vote

La collecte des déchets et les préoccupations environnementales prennent de plus en plus d’importance dans nos commune. Quoi de plus naturel et logique me direz vous, à condition toutefois de composer avec quelques désagréments.

Comme beaucoup de personnes, le week-end est un moment privilégié pour déguster quelques mets délicats que la mer nous offre, et ceci particulierement durant ces périodes estivales. Le fruit de mer, a l’esprit suffisamment retors pour nous pourrir le reste de la semaine avec ces effluves ô combien délicates et sa propension légendaire a accueillir une nurserie de larves ,mouches et asticots en tout genre. La collecte ayant lieu chez nous le vendredi, nous sommes a chaque fois partis pour une semaine de bonheur... Rien a redire à cela, après tout, la collecte a aussi ses impératifs.

Cependant, lorsque l’on ajoute à cet état de fait l’interdiction d’utiliser des conteneurs à déchets (même aux normes), la qualité des sacs qui ne va vraiment pas en s’améliorant (bien que l’on m’aie dit que le défaut de fabrication impactant la solidité du sac avait été réglé...), on se retrouve régulierement avec des colonies d’asticots et une désinfection des bacs chaque semaine.

Bien sur il y a la solution du compostage...encore faut il que tout le monde ait un jardin ou des voisins vraiment compréhensif qui accepterons que l’on utilise le leur pour y déposer nos restes de repas.

Pour couronner le tout, considérons la pollution visuelle représentée par tout ces sacs, souvent éventrés, égayant le bord de nos routes la nuit précédent la collecte, et faisant la joie d’une multitude d’animaux nocturnes. (il paraitrais même que quelques animaux diurnes sont près à se relever la nuit pour venir y gouter^^)

C’était donc mon premier billet d’humeur sur ce site, je ne prétend pas avoir de solutions miracle sur ce point, mais dans beaucoup de communes ou le tri sélectif est en place les conteneurs individuels réglementaires sont autorisé et ne semblent pas poser de problème. Bien sur cela réduit la possibilité de contrôle du contenu par les agents collecteurs...mais comment instaurer le civisme du tri sélectif sans accepter le rapport de confiance nécéssaire entre la collectivité et les administrés.

C’était un avis qui n’engage que moi et que vous êtes tout a fait libre de commenter à loisir, voire même de m’envoyer sur les roses si ma naiveté m’a fait dire des inepties.


Commentaires

Henri MAUXION
mardi 14 juillet 2009 à 19h33, par  Henri MAUXION

Effectivement, pas plus tard que la semaine dernière, les sacs dits « Réglementaires » déposés devant chez moi, non pas en campagne mais bel et bien dans le Bourg ont été éventrés. Quoi de plus agréable, de valorisant et de gain de temps pour les agents employés à la collecte des déchets ménagers de ramasser ce qui traîne sur le trottoir y compris les couches de bébé avec ce qu’il y a dedans !!! Lors de la mise en place du ramassage des déchets ménagers en sacs plastiques, lorsque j’avais évoqué cette éventualité en communauté de communes il m’avait été répondu que de toute façon c’est le travail des employés intercommunautaires de ramasser ce qui est en dehors des sacs et que cela arrive très rarement vu la solidité des sacs. (Une commune avait l’expérience des sacs, seulement ils n’étaient pas bleus, mais jaunes !) On pourra toujours dire que c’est la faute des animaux sauvages qui cherchent de la nourriture, mais je n’en ai jamais vu dans le bourg. Par contre des propriétaires sauvages d’animaux domestiques qui les laissent errer nuit et jour, j’en connais. Le civisme commence par l’éducation et certains feraient bien de retourner à l’école de l’ancien temps ou de se souvenir de ce qu’ils ont appris. Cette semaine je n’ai pas eu de problèmes, je suis revenu à l’ancienne méthode du conteneur, méthode que j’ai été le seul à défendre sur 34 conseillers communautaires, avec un petit avantage dans cette période où un sou est compté c’est de ne plus acheter de sacs solides et noir, puisque l’on me fournit « gratuitement » (je ne parlerai pas de l’emploi du produit de la taxe) des sacs bleus, certes fragiles et non fiables, mais indéchirables au travers d’un conteneur. Je pense que les employés au ramassage préfèrent perdre une seconde à soulever le couvercle du conteneur qu’à perdre 2 ou 3 minutes à ramasser ce qui peut traîner. Un conteneur n’affecte en rien le tri sélectif, puisque celui-ci se fait en amont. La question se pose au moment de jeter : « Dans quelle poubelle je mets ce contenant ? Verre, plastique, papier ou ordures ? ». Telle est la question que chacun devrait se poser et surtout ne pas mettre en vrac les ordures dans un conteneur, car les camions ne sont plus équipés pour les soulever. Avec un peu de bon sens, d’éducation et beaucoup de civisme, j’espère que les générations à venir pourront dire un jour : « Qu’est-ce qu’ils pouvaient s’embêter à la fin du XXe et au début du XXIe siècle avec leur ordures ménagères, alors que maintenant c’est si simple avec le peu d’emballage que nous avons, qui se recyclent tous ».

Henri

 

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

>>

<<

Octobre

>>

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Aujourd'hui

Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Journée Pic-Nic à Lavau